Breaking News

Le capitaine de l’Afrique du Sud Siya Kolisi ne connaît plus de limite

Une amélioration nette dans le jeu, plus affuté physiquement, un leadership intact… Le capitaine des champions du monde sud-africains, qui retrouvent l’Angleterre ce samedi 20 novembre, ne connaît plus de limite sur le rectangle vert. Voici quatre choses à savoir sur l’homme fort des Springboks.

1. Plus fort physiquement

Qui s’y frotte s’y pique. A 30 ans, Siya Kolisi dégage une puissance physique impressionnante. Le capitaine des Springboks pourrait à lui seul faire bouger la ligne des équipes adverses. On l’a d’ailleurs récemment vu en marge de leur tournée automnale faire valser un Gallois sur une charge, défendre en faisant reculer les All Blacks. Cela n’a pas échappé à Yannick Nyanga, ancien troisième ligne de l’équipe de France, repris par L’Equipe : «Siya an amélioré toutes ses qualités cette année. Il est passé d’un 17/20 à 18/20 partout.”

2. Une meilleure hygiène de vie

Freiné par les blessures en 2019 et 2020, Siya semble avoir recouvré sa santé. S’il avait du mal jouer plus de 60 minutes durant ces saisons, cette année il est apte à tenir quatre-vingts minutes. Cette nouvelle énergie dégagée par le trentenaire est le fruit d’une hygiène de vie soigneusement soignée. Il s’en est confessé au magazine SA Rugby. Depuis son arrivée aux Sharks, en février dernier, le résultat est palpable. «Il est devenu plus dur», s’enflamme Yannick Nyanga.

3. Un leader incontesté

«J’ai croisé des membres du management des Springboks qui m’ont raconté combien leur saison, dans les bulles en Afrique du Sud ou en Australie depuis juin, a été dure. Dans ce contexte, Kolisi a été un très bon capitaine, qui, chaque jour, a maintenu la motivations de ses troupes. Dans cette équipe, aucun autre joueur que lui ne peut occuper le même rôle.»

Ce témoignage de Flip Van der Merwe, ancien international sud-africain, repris par L’Equipe, est la preuve que leadership de Kolisi est précieux pour la sélection sud-africaine. Son ami, Yannick Nyanga, acquiesce : «Pour moi, un joueur international a toujours un domaine où il excelle. Kolisi, son super pouvoir, c’était le leadership, avec sa capacité à réunir et à mener son équipe.»

4. Siya Kolisi, un grand filou

Après la victoire (30-15) contre l’Ecosse, en marge de leur tournée automnale, le capitaine des Springboks s’est illustré par un geste qui a enflammé les réseaux sociaux. Le flanker sud-africain an enjambé les panneaux publicitaires et s’est rapproché d’un supporter en maillot de bain aux couleurs du drapeau national, pour apposer un autographe sur sa fesse gauche avant de lui donner une claque amicale. Du Kolisi craché dans le style, le joueur de 30 ans est un vrai filou.

Jules DIA

Leave a Reply